Pourquoi pas du tofu ?

Avec une con­sci­ence éco­lo­gi­que crois­san­te, not­re ali­men­ta­ti­on devi­ent de plus en plus diver­si­fiée. Nous cher­chons la qua­li­té dans les ali­ments et som­mes atten­tifs à l’éthique et à la dura­bi­li­té des modes de pro­duc­tion. Nous vou­lons savoir d’où vient ce qu’on man­ge. Si l’on cher­che un ali­ment bon mar­ché mais néan­moins pré­cieux sur le plan de la qua­li­té et des pro­prié­tés nut­ri­ti­on­nel­les, on peut comp­ter sur le tofu com­me élé­ment d’une ali­men­ta­ti­on équilibrée.

Cela fait long­temps que les pro­duits végé­ta­ri­ens et véga­nes, com­me le tofu, ne sont plus réser­vés qu’aux végé­ta­ri­ens et aux végé­ta­li­ens. Le res­te de la popu­la­ti­on a désor­mais décou­vert cet ali­ment d’origine végé­ta­le. Le tofu est, cepen­dant, très anci­en. D’origine asia­tique, on sup­po­se qu’il vient de Chine où il est une com­po­san­te importan­te de l’alimentation depuis des millénaires.

Le tofu est issu du soja et peut être pré­pa­ré de mul­ti­ples façons. A la vapeur, rôti, gril­lé, cuit, c’est un ingré­dient remar­qu­able pour un repas copieux. Le tofu soyeux, vari­an­te un peu plus tendre, peut même être uti­li­sé com­me alter­na­ti­ve aux œufs et aux pro­duits lai­tiers. On peut le cui­re ou l’utiliser dans des gla­ces ou des crè­mes. Panna cot­ta, tira­mi­su, mousse au cho­co­lat ou chees­e­ca­kes sont autant de recet­tes dans les­quel­les le lait et la crè­me peu­vent être rem­pla­cés par du tofu. Le « tofu brouil­lé » peut même rem­pla­cer l’œuf du petit déjeuner

Le tofu est riche en pro­téi­nes et nour­ris­sant. Il con­tient de pré­cieux aci­des ami­nés dont not­re corps a besoin pour la syn­thè­se mus­cu­lai­re et la régé­né­ra­ti­on cel­lu­lai­re. Avouons-le, sans assai­son­ne­ment le tofu est rela­ti­ve­ment fade. Avec un peu de créa­ti­vi­té culin­aire, bien épi­cé et pré­pa­ré, on obti­ent tou­te­fois de déli­cieu­ses saveurs, un petit goût de tor­ré­fac­tion et une con­si­s­tance allant du croustil­lant au moelleux.

Il est cepen­dant pri­mor­di­al pour le tofu, com­me pour tous les autres ali­ments, d’acheter des pro­duits de la régi­on. Ceux que pro­po­se Bianchi sont issus de pro­duc­teurs de soja et de tofu suis­ses qui pro­dui­sent de façon dura­ble, sans mono­cul­tu­re et sur­tout sans mani­pu­la­ti­ons génétiques.

Varié, nour­ris­sant et éco­lo­gi­que : le tofu appar­tient à la cul­tu­re culin­aire actu­el­le et n’est pas réser­vé aux plats asia­ti­ques. Il repré­sen­te une alter­na­ti­ve savou­re­u­se pour un repas végétarien.